D’un Trait de Véronique Bréger

D'un Trait de Véronique Bréger

Titre Français : D'Un Trait

Titre Original : D'Un Trait

Auteur : Véronique Bréger

Date de Sortie : 29 Avril 2010

Nationalité : Française

Genre : Roman d'Amour

Nombre de Pages : 217 pages

Editeur : KTM Éditions

ISBN : 978-2-913066-45-8

D'Un Trait : Quatrième de Couverture

Je m’appelle Léa, j’ai 17 ans.
Hier, un pensionnat, une lycéenne, une jeune prof : les ingrédients parfaits d’une rencontre convenue. Mais dans ma vie, tout n’est pas si prévisible.
Aujourd’hui, une chambre, une plage, un cerf-volant qui caresse l’horizon… le bonheur tient parfois à un fil. Si seulement j’avais la force d’oser.
Demain, j’ai l’impression d’avoir trouvé ma voie, il ne me reste plus qu’à trouver les mots…

Véronique Bréger dépoussière les amours adolescentes avec l’imagination protéiforme qui la caractérise. D’un Trait est son huitième roman, il est illustré par Esther Gagné.

D'Un Trait : Avis Personnel

Dire que j’adore le travail de Véronique Bréger est un doux euphémisme et depuis le temps que vous passez sur le site (ou non), vous êtes parfaitement au courant. Je trouve que c’est une des rares auteures françaises de romans lesbiens à savoir se renouveler et à surprendre à chaque fois. C’est un peu comme si chacun de ses livres était une première fois.

D’Un Trait ne fait pas exception à cette règle. C’est un magnifique roman écrit à la première personne par Léa, une adolescente de 17 ans. Pour la première fois de sa vie scolaire, elle est interne au lycée. Comme toujours elle est élue déléguée de classe alors qu’elle ne s’est même pas présentée. Comme d’habitude, elle reprendre le hand-ball et retrouve toutes ses amies. En résumé, sa vie d’adolescente s’écoule, lentement, tranquillement, sagement. Et pourtant, un jour, une simple rencontre fait basculer le tout…

Le montage du livre, qui raconte le déroulement de l’histoire un chapitre après l’autre tout en les terminant par un retour actuel à la réalité de Léa est vraiment bien fait. On a l’impression que les deux histoires s’entrelacent jusqu’à ce qu’elles se rencontrent et que toutes les pièces du puzzle se mettent enfin en place.

Si vous connaissez un peu le travail de Véronique Bréger, vous savez qu’en plus d’être auteure, elle est également illustratrice. Pour ce nouveau roman, elle n’a pas dessiné elle-même les en-têtes de chapitres mais elle a laissé ce travail à Esther Gagné. Une jeune femme au talent incontestable qui donne un visage presque réel au personnage de Léa et qui met en image ce qu’elle traverse. Une combinaison magique qui fait de ce roman un livre à acheter sans tarder.

Si en plus je vous dis que Léa tombe amoureuse de sa professeure de français et qu’elles vont partager plus qu’un jeu de regards, vous craquez, hein ? Je le savais ! À découvrir d’urgence.

D'Un Trait : Extraits

« L’annexe n°3 servait à la fois de salle de classe et d’atelier. J’avais pris soin le matin d’y déposer mon carton à dessin, aussi, je me retrouvais la première à me présenter devant la porte. Elle était entrebâillée. J’entendis d’abord des rires, puis une sorte de silence qui n’en était pas un. Un son étouffé. On parlait pour ne pas être entendu de l’extérieur. Je me haussai sur la pointe des pieds et collai mon nez contre l’une des fenêtres. Je ne vis personne. Les autres n’étaient pas encore là. De nouveau les rires, puis des paroles, distinctes cette fois. On se rapprochait. Je me reculai avec promptitude et manquai me tordre la cheville.
Stupide girl, blesse-toi avant la reprise des matchs, t’auras l’air malin.
– Alors, qu’est-ce que tu en penses ?
J’entendais maintenant le dialogue derrière la fine cloison de contreplaqué. Je reconnus le timbre particulier de Mlle Kolinski. Doux et posé.
– Au final, je… je ne sais pas… répondit l’autre.
Il devait s’agir de Mlle Coustance, vu que c’était sa salle de classe.
– C’était une bonne idée non ?
– Oui…
– Mais ? Ton oui ressemble à un bof.
– Écoute Miko…
Je tendis l’oreille, plus curieuse sur la suite de la conversation que je ne l’avais imaginé au départ. Mlle Kolinski se nommait Miko.
Miko Kolinski. Non, ça le fait pas. Mikoko ? Non, ça doit être un surnom. Si c’est bien elle qui se trouve de l’autre côté de la paroi.
– Quoi ? Cela va t’aider non ?
– Tu ne comprends donc rien…
Je crus percevoir le soupir dans les paroles. Une sorte de supplique sortant de l’entrebâillement tel un brouillard glacé.
– Anne, arrête s’il te plaît. Ce job tu en as besoin et pour le reste…
Le bruit de mes camarades dans le couloir – des chiots au milieu d’un jeu de quilles – stoppa le conciliabule. Je me retrouvai nez à nez avec Mlle Kolinski/Miko. Le sobriquet lui va plutôt bien, songeai-je en me reculant pour libérer le passage.
– Bonjour Léa, dit-elle en m’adressant un sourire radieux.
– ‘Jour…
Je baissai les yeux. Impossible de soutenir le regard azuré. » (Pages 40-41)

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre