Anni & Jasmin : Fin de contrat (Épisodes 5595, 5596, 5598)

Article lié à la série Gute Zeiten Schlechte Zeiten

Jasmin Katrin Jasmin

 Épisode 5595- 07 octobre 2014 : Outing

Après avoir été voir Tuner à l’hôpital, Jasmin et Anni discutent dans la rue.

JASMIN : Ça doit être très dur pour lui… de savoir qu’il ne sortira de l’hôpital que quand il aura un nouveau cœur.
ANNI : Ou pas.
JASMIN : Et là je ne lui parle pas de l’argent que je devais lui apporter. Je n’ai fait cette campagne que pour lui. Donc il aura l’argent pour le Vereinsheim. Et là je le lui reprendrais ?
ANNI : Tu dois savoir déjà comment tu peux sortir du contrat. Au fait qu’est-ce qui est en tête de ta liste ?
JASMIN : J’embrasse tous ceux que j’ai envie d’embrasser. Pas toi ?
ANNI : Moi ? Bien sûr ! Bonjour ? Bien sûr !
JASMIN : Qui ?
ANNI : Qui ?
JASMIN : Eh bien, qui veux-tu embrasser ?
ANNI : Je n’ai pas envie d’embrasser quelqu’un ! Non ! Je suis comme Tuner. Après t’avoir embrassée… Je suis prête à quitter ce monde.
JASMIN : Tu es une menteuse !
ANNI : Je ne mens jamais !
JASMIN : Je vais finir par le trouver !
ANNI : Ah ! Jamais. Eh arrête !!

Jasmin remarque une fille qui lit un magazine où il y a un article sur elle.

JASMIN : C’est une blague là !!
ANNI : Quoi ?

Jasmin se met à lui lire l’article en question.

JASMIN : « Selon une connaissance du couple, la “it girl” et le jeune mannequin tant convoité ont passé une nuit ensemble dans un club berlinois. »
ANNI : Du vrai journalisme d’investigation !
JASMIN : Et encore une fois une photo du tournage.
Jasmin décide de parler à sa mère de son désir de tout arrêter.

JASMIN : Je veux sortir de ce contrat.
KATRIN : C’est une situation difficile pour toi et Anni. Je comprends.
Mais vous saviez à quoi vous attendre quand vous avez signé.
JASMIN : Katrin, ce n’est pas à propos de ça. Je veux dire, regarde ! C’est une image du tournage, encore une fois ! Ça doit être l’agence de Varese !
KATRIN : La séance photo est finie. Nous présenterons la campagne aujourd’hui. Tu ne peux plus démissionner maintenant.
JASMIN : Mais ils peuvent faire ça avec moi ou quoi ?

Sophie la codirectrice de MP arrive et s’incruste dans la conversation.

SOPHIE : Tout va bien ?
JASMIN : Non L’agence vend de fausses histoires pour promouvoir leur parfum !
KATRIN : Ce que nous ne pouvons pas prouver !
JASMIN : Katrin, qui cela pourrait-il être d’autre ?
KATRIN : Jasmin, nous avons déjà assez parlé de ça. Et tu sais combien l’astreinte est élevée.
JASMIN : Oui, bien… Donc je vais la payer en quelque sorte.
KATRIN : Bien ! Mais nous avons aussi des contrats avec eux et Metropolitan Trend t’a amenée dans cette campagne. As-tu déjà pensé à ce qui se passera pour nous si tu démissionnes.
Tu as accepté le poste. Maintenant tu dois aller jusqu’au bout.

Déçue, Jasmin se fait réconforter par Sophie.

SOPHIE : Dans quelques semaines personne n’en parlera plus.
JASMIN : Katrin a raison, je savais très bien dans quoi je m’embarquais. Mais… j’avais besoin d’argent pour un ami, et en quelque sorte j’espérais que ce serait différent cette fois.
KATRIN : OK le calendrier est terminé. Une présentation brève. Tu dévoiles l’affiche. Et puis des photos et des questions.
JASMIN : Et le chef de l’agence, il vient aussi ?
KATRIN : Bien sûr.
JASMIN : Ouah ! Il y aura donc bientôt des nouvelles histoires !!!
KATRIN : Alors tu démentiras la liaison d’une façon tout à fait charmante.
JASMIN : Oui, oui. Comme si cela pouvait tout arranger.
KATRIN : Souris, dis quelques mots gentils, et ça sera fini.
SOPHIE : Je pense que Jasmin a marqué un point. Pourquoi ne devrions-nous pas avoir un mot avec le chef de l’agence ? Je veux dire, bien sûr, il ne va pas admettre avoir diffusé les rumeurs,
mais précisément parce que nous avons apporté Jasmin dans cette campagne, nous devons lui montrer que ça ne peut pas se dérouler ainsi.

Katrin est sûre que ça ne changera rien et ne voit pas l’intérêt de lui en parler.

SOPHIE : Vous lui montrerez que ça ne vous est pas égal ce qu’il fait avec votre fille.
KATRIN : Le fait que Jasmin est ma fille n’a rien à voir avec cela. Elle a signé volontairement un contrat.
SOPHIE : Mais le contrat ne donne pas à l’organisme le droit de répandre des rumeurs à son sujet.
KATRIN : Mais je ne peux pas prouver que l’agence répand ces rumeurs.
Et je ne me bats pas pour des batailles que je ne peux pas gagner. Donc je continue encore. Demandez à Jo s’il voit ça autrement.
JASMIN : C’est bon. Je vais le faire.
KATRIN : Bien !

Plus tard en sortant Jasmin aperçoit Sophie près de sa voiture. Elle vient la voir pour la remercier.
JASMIN : Merci, pour tout à l’heure.
SOPHIE : Pas de problème. J’ai juste dit ce que je pensais.
JASMIN : Oui, et tu risques beaucoup à faire ça ! Je sais, ma mère peut être un peu difficile parfois.
SOPHIE : Je suis la chef et donc les problèmes vont avec. Eh bien, j’ai un rendez-vous. À plus tard.
JASMIN : Rendez-vous plus tard alors.
Jasmin avance et aperçoit Anni se faire embêter par un journaliste.

ANNI : Je vous ai déjà dit que je ne ferais pas de commentaires ! Elle est ma colocataire c’est tout.
JOURNALISTE : Mais certaines personnes prétendent que toutes lesdeux vous êtes un couple. Il est vrai que vous êtes lesbienne, n’est-ce pas ?
ANNI : Ça ne vous regarde pas.
JOURNALISTE : C’est donc un oui.
ANNI : Va te faire foutre !

Jasmin part rejoindre sa petite amie pour en savoir plus.

JASMIN : Comment sait-il que tu es lesbienne ?
ANNI : Je n’en ai aucune idée ! Probablement grâce au Mauerwerk. Je n’en avais jamais fait un secret. Jusqu’ici.
JASMIN : Désolée. J’ai essayé de sortir de ce contrat, mais Metropolitan Trend est trop impliqué.
Anni, je suis désolée. Je ne savais pas que les choses avec la presse allaient devenir un tel cauchemar à nouveau.
ANNI : Eh bien, maintenant tu sais j’espère seulement qu’il n’y aura pas plus de fouineurs autour de nous. Ah… super !!
JASMIN : Chérie… tu dois juste rester cool.
ANNI : Je suis cool !
JASMIN : Cool ça serait si tu souriais et disais : Je suis hétéro et célibataire, et Jasmin est ma meilleure amie.
ANNI : Maintenant, je dois devenir hétéro aussi ?
JASMIN : Oui et ils s’en iront. Mais si tu t’énerves juste parce que l’on te demande si tu es une lesbienne, bien sûr, ils flairent la bonne histoire ! Plus que six mois et tout sera terminé. En outre, nous faisons cela pour Tuner.
ANNI : Je sais.
JASMIN : Soit dit en passant, la présentation est plus tard aujourd’hui.
ANNI : Je dois travailler.
La présentation du parfum a commencé. Jasmin répond face à une caméra.
JASMIN : Bien sûr que je suis nerveuse. Après tout, je ne suis pas une mannequin professionnelle. Mais…
KATRIN : Nous allons terminer plus tard., M. Degenhardt, Bonjour.
DEGENHARDT /SOPHIE : Bonjour.
KATRIN : N’est-ce pas un temps parfait pour une présentation ?
DEGENHARDHT : Certainement.
KATRIN : Jasmin ?

Katrin présente sa fille à Degenhardt.

DEGENHARDT : Vous êtes superbe !
JASMIN : Je vous remercie.
DEGENHARDT : Très bien, nous allons commencer tout de suite alors.

Une femme présente alors devant les journalistes le nouveau parfum Varese.

PRÉSENTATRICE : Merci à tous d’être venus. Et elle est ici. Le visage de notre nouvelle campagne, Jasmin Flemming !
JASMIN : Bonjour. Merci beaucoup. Je suis vraiment heureuse d’être le nouveau visage de Varese
et de travailler avec une équipe aussi formidable. Merci. J’adore le nouveau parfum de Varese, et j’espère que vous l’aimez aussi. Straight forward (l’affiche de la campagne apparaît) !

JOURNALISTE MASCULIN : Alors, où est votre petit ami ?
JASMIN : Si vous parlez de Ben Degener, il est à New York en ce moment. Mais nous sommes juste amis.
JOURNALISTE FÉMININE : La rumeur dit que, tous les deux, vous avez une liaison.
JASMIN : Oui, comme vous avez dit. C’est juste une rumeur..
JOURNALISTE FÉMININE : Mais là, ça vient d’une source fiable.
JASMIN : Eh bien, si vous voulez appeler un tabloïd une source fiable.
JOURNALISTE FÉMININE : Là où il y a de la fumée, il y a habituellement un incendie.
JOURNALISTE MASCULIN : Jasmin. Jasmin, s’il vous plaît mettez-vous debout à côté de l’affiche pour nous.
AUTRE JOURNALISTE : Oui ! Une image du couple le plus chaud de Berlin.

Jasmin aperçoit alors Anni très déçue d’entendre ça.

JASMIN : Arrêtez là ! Je ne vais pas faire cette merde !
UN JOURNALISTE : Que voulez-vous dire par là Mme Flemming ?
JASMIN : Ben Degener et moi ne sommes pas un couple ! Et je ne suis pas attirée par les hommes. J’aime une femme.

Anni est tout sourire en entendant Jasmin. Cette dernière aussi ne peut réprimer un sourire après ce « outing ».

Retour à la fiche de présentation Gute Zeiten Schlechte Zeiten

A propos de Nathalie Danel

Avatar
Chroniqueuse et Traductrice Allemand

Répondre