Running On Empty Dreams

Quand une femme mariée et mère de famille tombe amoureuse d’une autre femme

Année de Production : 2008

Réalisation : Nitara Lee Osbourne

Scénario : Nitara Lee Osbourne

Avec : Kathleen Benner (Sydney Harris), Rachel Owens (Jane Smith), Jose Rosete (Corey Harris), Wil Rillero (Matt Harris), Sevan McBride (Tony Smith), James Ray (John Duncan), Todd H. Mathus (Ssgt. Maverick)

Nationalité : Américaine

Genre : Drame, Romance

Durée : 2h 00min.

Titre Original : Running On Empty Dreams


Interview(s) :

Interview de Nitara Lee Osbourne
Interview de Mauryo Osbourne


English versions :

Interview with Nitara Lee Osbourne
Interview de Mauryo Osbourne

Running On Empty Dreams : Résumé

Sydney Harris est une jeune femme mariée et mère d’un petit garçon. Au retour de mission de son époux, elle part s’installer dans une nouvelle ville dans laquelle ce dernier a trouvé un travail de détective privé. Passionnée de course à pied, elle fait un jour un terrible malaise et ne doit la vie qu’à l’arrivée d’un inconnu qui lui porte les premiers secours. À l’hôpital, Sydney découvre qu’elle est atteinte d’un cancer. N’ayant pas l’argent nécessaire pour payer le traitement, elle apprend qu’il lui reste moins de six mois à vivre.

Pendant que son mari, Corey, se bat pour ramener le plus d’argent possible à la maison, le temps tourne inexorablement contre Sydney. Alors qu’elle ressent de plus en plus les effets de la maladie, la jeune femme s’éloigne de son époux qui ne la comprend plus et se met à s’interroger sur sa vie et sur ses choix.

Sa rencontre avec Jane, une voisine, bouleverse Sydney plus que de raison. Elle tombe amoureuse et se retrouve contrainte de faire un choix. Jane ou sa vie parfaite qui ne la comble pas ?

Sydney Harris est une jeune femme mariée et mère d’un petit garçon. Au retour de mission de son époux, elle part s’installer dans une nouvelle ville dans laquelle ce dernier a trouvé un travail de détective privé. Passionnée de course à pied, elle fait un jour un terrible malaise et ne doit la vie qu’à l’arrivée d’un inconnu qui lui porte les premiers secours. À l’hôpital, Sydney découvre qu’elle est atteinte d’un cancer. N’ayant pas l’argent nécessaire pour payer le traitement, elle apprend qu’il lui reste moins de six mois à vivre. Pendant que son mari, Corey, se bat pour…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Pas le meilleur film lesbien qui soit.

Note des lectrices : 3.45 ( 3 votes)
58

Running On Empty Dreams est un film que j’attendais impatiemment depuis que j’avais découvert la bande-annonce. J’avais totalement adhéré à cette histoire, à cette vision de la vie, de l’amour, de la quête du bonheur quand on sait que la fin est proche… La musique était absolument géniale et je n’avais pas été la seule à voir toute l’efficacité de cette bande-annonce puisqu’elle a quand même remporté un Telly Award en 2007. Enfin deux pour être précise, un en bronze et un en argent.

C’est donc avec beaucoup d’impatience que j’ai attendu cette sortie et ce visionnage. Le fait est que j’ai été déçue par le film. J’attendais certainement plus. Force est de constater que le manque de moyens est flagrant et nuit à la réalisation. Mon principal regret a été de voir l’histoire d’amour et la quête du bonheur sous-exploitées. Le film qui dure tout de même 2 heures, se perd en histoires annexes qui sont finalement peu intéressantes, je pense aux blessures psychologiques de guerre du mari, à cette lesbienne fervente chrétienne qui arrive de nulle part pour parler religion…

Le synopsis était des plus prometteurs et pourtant en voulant traiter de trop de sujets à la fois, le film perd son charme et son intérêt. Le personnage du mari qui essaie de se battre et de faire ce qu’on lui a appris, jouer les héros et prendre soin de sa famille apparaît stéréotypé et faux. Plus on le voit plus on le trouve mal joué et insupportable. En face de lui, il y a sa femme, Sydney, qui se découvre un cancer et se demande ce qu’aura finalement été sa vie si elle meurt demain. Sa vie aura été ce que les gens attendaient et pas ce qu’elle voulait. À partir de ce constat, elle va se remettre à vivre pour elle et tomber enfin amoureuse.

Il y a de nombreuses maladresses et le message est transmis avec difficultés parce qu’il se perd. Pourtant, quand elles sont ensemble, Sydney et Jane dégagent quelque chose de vraiment intéressant. Elles sont filmées avec douceur et pudeur et il ressort une beauté et une complicité réelle de leurs échanges. L’évolution de leur amitié, la garde des enfants, la compréhension de leur rapport à l’écriture, l’une avec ses scénarios, l’autre avec sa poésie sont autant de détails qui les rendent réelles et les rapprochent. On croit à leur histoire mais on regrette qu’elle n’ait été plus présente.

La scène d’amour est très bien jouée et tournée. On ressent l’urgence, le désir et l’envie. Mon regret est finalement que le reste du film n’ait pas été à l’image de cette scène. Intense, touchante, sensuelle et réaliste.

Il y avait matière à faire un très beau film mais on se retrouve finalement face à un brouillon qui n’atteint pas ses promesses. Dommage.

Running On Empty Dreams : Extraits

COREY : Je voudrais avoir l’argent pour te sauver.
SYDNEY : Oui, je sais. Je vais chercher un travail et trouver quelqu’un pour garder Matt après l’école.
COREY : Quand j’étais dans les marines, je résolvais les problèmes, juste comme ça. (claquement de doigts) Tu vois un problème, tu l’arranges. Durant la guerre, j’étais un héros. […]
SYDNEY : Tu sais quoi Corey, j’ai déjà entendu tout ça avant ! Mais c’est la vraie vie ! Je n’ai pas besoin d’un héros !
COREY : Pourquoi m’as-tu épousé ?
SYDNEY : Tu es sérieux ?
COREY : Pourquoi ? Hein ?
SYDNEY : Parce qu’à l’époque, toi et moi ça avait un sens Corey, c’est pour ça.

SYDNEY : Salut !
JANE : Salut !
SYDNEY : Est-ce qu’on peut parler ?
JANE : Oui. (elle lui fait signe d’entrer)
SYDNEY : Non, je n’ai pas beaucoup de temps.
JANE : Est-ce que ça va ?
SYDNEY : Matt est de l’autre côté de la rue et Corey est à l’extérieur de la ville. Viens, assieds-toi.
JANE : Mon Dieu, tu m’inquiètes.
SYDNEY : Et je pense que je suis complètement folle.
JANE : Oui, peut-être. Je ne sais pas, dis juste ce que tu veux dire.
SYDNEY : Je ne crois pas que je puisse.
JANE : Fais-moi confiance.
SYDNEY : Je voulais… Je voulais t’embrasser le premier jour où je t’ai rencontrée.

COREY : Est-ce que tu cours après quelque chose ou est-ce que tu fuis quelque chose ?

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre