Work Out : Interview de la sportive Jackie Warner

Jackie Warner

Interview accordée à Sarah Warn le 05 Septembre 2006 pour le site Afterellen.com

Cet été, Work Out, la nouvelle série réalité de la chaîne de télévision Bravo, présentait une relation lesbienne des plus réalistes – et dysfonctionnelle – jamais vue à la télévision. La star des 6 épisodes de ce docu-fiction était Jackie Warner âgée de 37 ans, propriétaire de la salle de sport haut de gamme « Sky Sport and Spa » à Beverly Hills, colérique et sujette à la jalousie avec sa petite amie de 26 ans, Mimi.

Presqu’un million de téléspectateurs ont suivi l’épisode final de Work Out le 22 Août, pour voir Jackie Warner mettre fin à sa relation sens dessus-dessous avec Mimi, faisant du final de la saison l’épisode le plus regardé de la série. AfterEllen.com a retrouvé Jackie Warner par téléphone pour l’interroger sur son impact en tant que modèle gay, sur la surprenante popularité de la série parmi les femmes hétérosexuelles, sur sa relation difficile avec sa mère, sur l’infâme morsure de sa copine et – ah, oui – sur sa réconciliation avec Mimi.

Work Out a été ma série préférée de l’été.

Merci mon chou, j’apprécie vraiment, j’aime encore entendre ça. Je suis allée au Mexique pour le week-end – je n’en revenais pas du nombre de gens qui m’ont abordée à Baja.

Des touristes Américains ?

Oui. Mes plus grands fans, semble-t-il, sont des femmes au foyer du Sud, d’une cinquantaine d’années.

Oh mon dieu !

Je ne plaisante pas. J’ai été abordée par tellement de femmes au foyer d’âge mûr venant du Sud. Leurs maris étaient assis là avec leurs adolescentes, et ça m’a juste fait mourir de rire, et elles étaient tellement excitées de me parler. C’était vraiment intéressant.

Pourquoi pensez vous que ça l’est ?

Vous savez, j’ai dit à Sarah, la fille que j’entraînais dans le quatrième épisode –

La personne en vue à Palm Springs ?

Exactement. J’ai dit : « Si vous êtes hétéro, vous êtes mal barrée à côté de moi », et il semble être vrai que beaucoup de femmes au foyer d’âge mûr soient attirées par moi. Et je peux vous dire, j’ai 500 e-mails par jour – c’est envahissant.

Oh mon Dieu.

Beaucoup d’entre elles m’envoient des photos, elles sont avec leurs maris ou leurs enfants, mais veulent désespérément me parler, et beaucoup d’entre elles sont des minettes ou des jeunes femmes. C’est fascinant. J’ai toujours su, au fond de moi – mais ne le savons-nous toutes pas ? – que beaucoup de femmes se marient et sont totalement refoulées. Elles ont juste besoin d’une lesbienne avec qui elles peuvent établir un rapport pour pouvoir être attirées.

Suite au coming-out d’Ellen [DeGeneres] à la télé, il y a eu une déferlante de femmes plus âgées qui ont fait le leur.

Ouep.

C’est juste de la télévision, mais ça influence manifestement les gens.

Oui, ça influence les gens. Je n’avais jamais réalisé à quel point jusqu’à ce que je reçoive toutes ces réponses et personnes de la communauté gay et lesbienne désespérées d’avoir quelqu’un qui leur rend les choses plus faciles (cette phrase est à revoir, et comme je n’ai pas la version originale je ne veux pas dire de bêtises en transformant les propos de cette femme). Vous savez, plus on a de modèles qui font leur coming-out et qui vivent leur vie, et vivent bien et disent, « Oui, je suis gay, et je suis à l’aise avec ça », comme Lance Bass, mieux c’est.

Ce que j’aimais tant à propos de votre série c’est que ça semblait être le portrait lesbien le plus réaliste et authentique que j’avais jamais vu à la télé.

Merci. C’est réaliste parce que c’est ce que nous traversions sur le moment, et tous les problèmes que j’ai mis en lumière sont des problèmes auxquels j’ai dû faire face dans ma vie, comme le coming-out à ma mère et notre relation ténue.

Et mazette, c’était pénible à regarder.

Oui, ça l’était.

Je ne comprends que trop bien.

Ce que les parents ne comprennent pas, c’est que quand ils font ça à un enfant, ils perdent une grande part de l’implication de leur enfant dans leur vie. D’ailleurs, dans ce troisième épisode j’ai remarqué un grand retournement de l’impact sur les gens, et je ne parle pas des gays ou lesbiennes, je parle des mères et des hétéros et Chrétiens qui m’ont envoyé des mails. Ça a été très déterminant. J’ai lu chaque e-mail, et je ne peux pas répondre à chacun d’entre eux, mais cela m’aide sans aucun doute à accéder à la conscience de ce qui se passe dans ce pays et où j’ai beaucoup de soutien.

Où sont vos soutiens ?

Beaucoup d’entre eux sont au centre du pays, [et] bien sûr à New York et L.A. Je ne croyais pas qu’autant de personnes me soutenaient depuis le sud et le centre. Je suis scotchée. Je ne pensais pas que nous aurions ça.

Quand je vous ai rencontrée en Juillet à la soirée de lancement de Work Out, vous m’avez parlé de l’hypocrisie que vous aviez remarquée croissante dans l’Ohio.

Bien sûr.

Mon impression sur les gens du sud ou du centre est que vous devez montrer cette image de ce qui est approprié ou juste, que les gens sont contraints par ça.

Tout à fait. Je vivais dans la peur, je vivais dans la terreur complète en grandissant au collège et au lycée dans ma petite ville de l’Ohio. C’était épouvantable. C’était le sentiment constant d’être démasquée si quelque chose n’allait pas chez vous ou que vous auriez aimé chacun de vos amis à cause de l’émulation collective s’ils avaient su.

À quel âge avez-vous su que vous étiez gay ?

J’ai su à 14 ans, quand j’étais étudiante de première année, que j’étais gay à 100%. J’avais une relation avec une pompom girl, et elle était très populaire, et c’était comme des feux d’artifice que je n’avais jamais connus avant. La première fois que j’ai eu une relation avec une femme, j’avais 13 ans, mais c’est à 14 ans que j’en fus sûre à 100%, et je me souviens prier encore et encore parce que ma famille était très religieuse et j’étais forcée d’aller à l’église tous les dimanches.

Avec quelle religion avez-vous grandi ?

Ils étaient Baptistes du Sud et je vais vous dire : c’est un régal ! Et puis ils ont été convertis au Mormonisme par deux missionnaires Mormons. Donc toute la famille est passée de Baptiste du Sud à Mormone et ils s’attendaient juste à ce que je suive tout ça, et j’étais très rebelle et j’ai pas suivi. J’ai décidé à 15ans que j’en avais fini avec la religion organisée parce qu’on m’en avait trop fait avalé et depuis ce que j’ai pu voir, c’est tellement rempli d’hypocrisie que j’ai moi-même lu la Bible, et je n’en avais pas la même [rires] interprétation. Je n’interprétais pas les choses de la même façon que mes parents ou que les gens de l’église le faisaient. Et de loin.

A propos de Lou Morin

Lou Morin
Traductrice Anglais/Français

Répondre