Le Festin de l’Araignée de Maud Tabachnik

Le Festin de l'Araignée de Maud Tabachnik

Titre Français : Le Festin de l’Araignée

Titre Original : Le Festin de l’Araignée

Auteur : Maud Tabachnik

Date de Sortie : 1996

Nationalité : Française

Genre : Thriller

Nombre de Pages : 285 pages

Éditeur : J'ai Lu

ISBN : 2-290-31259-2

Le Festin de l’Araignée : Quatrième de Couverture

Boulder City, 6000 habitants, en plein Nevada. Température moyenne : 40°. Une étuve ! C’est dans ce charmant patelin que Sandra Khan, journaliste au San Francisco News, est envoyée par son redac’chef. Plusieurs familles de touristes, en route pour Las Vegas, y ont mystérieusement disparu. La police locale, puis le FBI ont laissé tomber l’enquête.
Inutile de dire que l’arrivée d’une journaliste fouineuse ne soulève pas l’enthousiasme. Tous s’emploient à décourager l’étrangère, allant jusqu’à glisser une mygale dans son lit. A Boulder, on aime le calme et les citoyens se serrent les coudes.
Pendant ce temps, des milices fascistes s’exercent dans le désert…

Après Un été pourri et La mort quelque part, Maud Tabachnik prouve à nouveau, avec Le festin de l’araignée, qu’on écrit en France des romans noirs dignes des plus grands américains.

Le Festin de l’Araignée : Avis Personnel

Le Festin de l’Araignée est de l’un de ces romans que l’on dévore du début à la fin sans avoir envie de s’arrêter et surtout sans pouvoir. Tout s’y déroule sans temps mort. Bien sûr, au début, pour comprendre qui est Sandra Khan, il vaut mieux avoir lu les précédents livres de Maud Tabachnik, mais, même si ce n’est pas le cas, vous serez rapidement séduits par l’histoire.

Sandra a quitté Boston pour San Francisco où elle vit avec sa compagne Nina et où elle travaille pour le San Francisco News. Son patron, Woody, la met sur une étrange affaire de disparitions survenues en plein coeur du désert. Sandra ne dit mot et malgré la réticence non dissimulée de Nina se rend à Boulder City.

Là, elle se retrouve confrontée à un autre monde et découvre bientôt qu’elle est prisonnière du désert et d’une population qui s’est liée pour garder ses secrets bien protégés. Malgré ses nombreuses tentatives pour en apprendre davantage, Sandra se heurte à un mur… qui finit par se fissurer pour la laisser face à l’horreur.

J’apprécie énormément le style de Maud Tabachnik et par-dessus tout, j’apprécie ses héros. Sandra Khan fait partie de ses héros que vous ne pouvez vous empêcher d’aimer et d’admirer parce qu’ils vous ressemblent. Ils sont têtus, ont raison même quand ils ont tort, sont enquiquinants, amusants et profondément humains. Ils ont leurs failles et leurs faiblesses qui les rapprochent encore plus de nous.

Un livre captivant centré sur une héroïne lesbienne attachante. Incontournable.

Le Festin de l’Araignée : Extraits

« San Francisco est une cité épatante. Le climat, les langoustes, le Golden Gate.
Les couples de filles qui convolent et des garçons qui s’aiment. Le tout bercé par les chants de Noël entonnés à pleins poumons dans les tramways par les bénévoles de l’Armée du Salut coiffées de leurs drôles de cornettes.
Vous avez aussi les maisons de pêcheurs, retapées, étagées sur les plages de Sausalito ou de Presidio avec le Pacifique qui leur lèche les pieds. Le soleil qui se lève et se couche sans aucune modestie et sert de toile de fond aux phoques et aux chiens de mer qui en font un max pour vous distraire.
Mais San Francisco est à l’ouest. Et au bout d’un moment, à force de contempler les morphologies canon des filles et les épaules musclées des mecs – selon vos goûts –, vous trouvez le temps long.
Parce qu’à l’est où il fait un froid de loup la moitié de l’année, une chaleur à crever le reste du temps, une pollution à vous rendre mutant et où, pour une turne mal chauffée, vous payez le loyer d’un palais vénitien, à l’est : vous pensez. » (Page 7)

« Je suis rentrée chez moi vers cinq heures, et j’ai siroté un dry en surveillant les ébats des phoques jusqu’à ce que Nina revienne.
Il y avait un formidable coucher de soleil qui a presque été éclipsé par Nina qui est arrivée dans le même état de fraîcheur où je l’avais vue partir le matin. » (Page 14)

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre