Rizzoli & Isles : Le Rizzles, qu’est-ce que c’est ?

Article lié à la série Rizzoli & Isles

Rizzoli & Isles

RIZZOLI & ISLES

Si vous êtes une fervente consommatrice de séries télévisées orientées, il est impossible que vous ayez manqué Rizzoli & Isles, la série la plus gay du monde. Et vous devez également savoir que la cinquième saison vient tout juste de commencer. Si vous êtes déjà familière du Rizzles, ou que vous connaissez déjà la série, vous pouvez directement cliquer ici. Mais s’il existe encore des spectatrices n’ayant jamais entendu parler de cette série, corrigeons ce vilain tir au plus vite.

Attention cependant : si vous préférez découvrir la série par vous-même (et vous enquiller les quatre saisons qui vont avec), ne lisez pas ce qui va suivre : un récapitulatif des quatre premières saisons de la série introduira ce que l’on appelle le Rizzles. Vous êtes prévenues…

Mais commençons par le début : Rizzoli & Isles, c’est d’abord une saga littéraire créée par Terry Gerritsen en 2007. Une adaptation télévisée en a découlé durant l’été 2010 sous la houlette de Janet Tamaro (Law & Order – New York Police Judiciaire, CSI – Les Experts, Bones, Sleeper Cell, Lost..). Le concept de la série, c’est un peu Starsky & Hutch en version femmes et inversion de personnalité : tout d’abord, il y a Jane Rizzoli (Angie Harmon), lieutenant brune au caractère bien détrempé, garçon manqué mais fille réussie. L’autre personnage, c’est Maura Isles (Sasha Alexander), médecin légiste quelque peu perchée et adepte du shopping.

Les deux jeunes femmes travaillent pour la brigade criminelle de Boston et résolvent des petites énigmes à la sauvette sur le format 1 problème = 1 solution par épisode, à quelques exceptions près. Vous les reconnaîtrez facilement sur la photo puisque ce sont les seules femmes de l’équipe policière de Boston (non, je ne ferai pas de blagues sur la parité).

Rizzoli & Isles

Jane et Maura

Mais faisons d’abord un tour d’horizon des autres personnages qui composent la série :

Barold “Barry” Frost (Lee Thompson Young) :

Il est le nouveau partenaire de Jane depuis son expérience traumatisante avec Charles Hoyt (Michael Massee) dit ” Le Chirurgien “. Ancien chirurgien militaire désaxé, Charles Hoyt est un serial killer qui fait des ravages à Boston. Jane et Korsak, alors partenaires, étaient chargés d’enquêter sur le cas du Chirurgien. Au fur et à mesure de l’enquête, Charles Hoyt a développé une véritable obsession morbide pour Jane. Ainsi, on apprend par flash-backs interposés que lors d’une mission de sauvetage, Charles Hoyt cloue littéralement Jane au sol en lui plantant un scalpel dans chaque main. Jane sera sauvée in extremis par Korsak. Depuis cet évènement traumatisant, Jane a changé de partenaire et fait désormais équipe avec Frost.

Fait ironique pour un enquêteur de police, Frost ne supporte pas la vue du sang ou des cadavres, ce qui ne manque pas de lui attirer bon nombre de commentaires et de blagues de la part de ses collègues. Frost est aussi un spécialiste du piratage informatique, compétence qui s’avèrera souvent utile pour Jane. Au niveau de sa vie personnelle, Frost a toujours eu une petite attirance pour Jane, mais ne l’a jamais exprimée.

*Lee Thompson Young ne fait plus partie de la série, l’acteur s’étant suicidé durant l’été 2013. Son personnage, Barry Frost, a été supprimé de la série*

Vincent “Vince” Korsak (Bruce McGill) :

Ancien partenaire de Jane, il veille constamment sur elle. Ayant vu Jane en état de faiblesse extrême lorsque celle-ci était à la merci de Charles Hoyt, Korsak est assez protecteur vis-à-vis d’elle. Mais Jane, plutôt fière, n’accepte pas le fait que Korsak ait pu la voir dans cet état. Il est aussi probable que Korsak lui rappelle, malgré lui, cet incident. C’est pour cette raison que Jane décide de se séparer de lui en tant que partenaire, lui préférant Frost.

Au début de la série, Korsak n’est d’ailleurs pas spécialement content de voir Frost débarquer et lui “voler sa place”. Il le lui fera d’ailleurs bien sentir à plusieurs reprises. Mais au fil du temps, Korsak et Frost finiront par bien s’entendre, ayant en commun et à cœur le bien-être de Jane. Korsak est un vieux de la vieille, contrairement aux autres personnages de la série qui sont relativement jeunes. Célibataire, il a déjà divorcé trois fois, fait que Frost ne manque jamais de lui rappeler.

Frankie Rizzoli (Jordan Bridges) :

Petit frère de Jane. Relégué au simple rang d’homme à tout faire au début de la série, Frankie n’a pas encore gagné ses galons d’enquêteur. Il s’occupe donc des menus travaux que personne n’a envie de faire. Au fil de la série, Frankie va évoluer jusqu’à finalement être promu dans la division de Rafael Martinez au Boston DCU (l’équivalent de la Brigade des Stupéfiants).

Durant le season finale de la saison 4, Frankie révèlera son attirance pour Maura, attirance qu’il gardait pour lui depuis quelques épisodes. Suite à une bagarre entre Tommy et lui, Frankie aura la lèvre ouverte, lèvre vite soignée par Maura. Frankie l’embrassera sans crier gare, lui disant qu’il avait ” juste envie de connaître cette sensation “. Maura ne répondra rien, se contentant de sourire. Frankie lui dira alors qu’il préfère partir, afin d’éviter une ” conversation gênante “. Et les milliers de couteaux suisses lancés par les fans du Rizzles.

Retour à la fiche de présentation Rizzoli & Isles

A propos de Alex Kidd

Alex Kidd
Ecriveuse de trucs à temps partiel. Joue aux jeux vidéo, regarde des séries TV, joue de la musique, lit parfois.. comment ça, "geekette" ? >_>

10 commentaires

  1. Avatar

    Super article, bien complet, écrit de manière fluide avec humour, c’était très agréable à lire et on sent du travail sérieux.
    J’adore les séries mais n’ai jamais regardé Rizzoli et Isles à part un ou deux épisodes, j’ai bien aimé l’ambiance et j’ai trouvé qu’on sentait pas mal ce truc entre les deux personnages.

    Après, aussi convaincant et agréable que soit ton article, j’avoue que je suis comme Gaëlle (à part que mes parents qui regardent également le show ont perçu le subtext entre Jane et Maura et attendent qu’il se passe quelque chose 😉 ), j’ai du mal à me contenter seulement du subtext qui est souvent une technique marketing pour amadouer le public homo et du coup ce ne sera pas suffisant pour que je me lance dans le fameux visionnage des quatre saisons. En revanche, je vais vivre la série à travers tes résumés, et quelques chose me dit que l’expérience ne sera pas désagréable !!

    • Alex Kidd

      Bonjour Edwine Morin,

      Merci pour ce message ! Je ne réponds que maintenant pour cause de souci de connexion internet, je m’en excuse ! Il est vrai que Rizzoli & Isles est une mine à recaps pour moi, autant utiliser le subtext à bon escient et le tourner en dérision : )

      Je comprends l’absence de perception du Rizzles : le subtext étant ambigu par définition, chacun le décryptera à sa façon selon sa sensibilité. Pour ma part, c’est une manière de percevoir la série à travers l’humour tout simplement. En tout cas, merci pour ces messages !

  2. Avatar

    J’aime beaucoup Rizzoli et Isles. Les 2 actrices principales ont une vraie alchimie ensemble et le reste du casting est très bien aussi.En ce qui concerne le subtext, je n’en vois pas pour moi c’est juste de l’amitié, rien de plus. En même temps je ne regarde pas en VO mais en VF , je ne vois peut être pas tout

    Je trouve dommage qu’on soit obligée de voir des subtext dés que 2 femmes ont les rôles principaux.. C’est peut être aussi parce qu peu de séries montrent de vraies relation homos, du coup on fantasme sur du vent.

    J’en suis à la fin de saison 3, celle diffusé en France, du coup je ne peux pas lire l’article car il y a des infos de saison 4.
    En fait j’ai lu le début de l’article et j’ai vu un gros spoiler tout de suite.
    Il aurait peut être fallu caché les infos de la saison 4 vu qu’elle n’est pas encore diffusé ici.

    • Alex Kidd

      Bonjour à vous et merci pour la lecture : )

      Cet article commence par : ” Attention cependant : si vous préférez découvrir la série par vous-même (et vous enquiller les quatre saisons qui vont avec), ne lisez pas ce qui va suivre : un récapitulatif des quatre premières saisons de la série introduira ce que l’on appelle le Rizzles. Vous êtes prévenues… ”

      Peut-être n’aviez-vous pas vu le début de l’article qui stipulait bien que les premières parties allaient récapituler les quatre premières saisons de la série ? Je n’ai pas vu la version française de la série, je ne sais donc pas si le doublage joue dans la perception que l’on peut en avoir. Mais je suis d’accord concernant le fait que chacun y verra un peu midi à sa porte, et c’est d’ailleurs tout ce flou qui complexifie la distinction entre subtext, queer-baiting et fantaisie de fandom.

      Concernant Rizzoli & Isles, le fait de jouer sur le subtext dans la manière de promouvoir la série induirait nécessairement une réalité de celui-ci, une substance potentielle ( s’il était au départ absent ). Et ils ne sont que trop au courant de l’existence de ce flou au niveau du subtext ^^ ‘

    • Avatar

      C’est étonnant que tu ne perçoives rien de plus qu’une amitié entre les deux femmes (VO ou VF, ça ne change rien) alors même que ma mère qui est tout ce qu’il y a de plus hétéro voir légèrement homophobe sur les bords, m’a tout de suite demandé quelle était la nature de leur relation au bout de 10 minutes d’un épisode bien qu’il ne s’y passait rien de spécial. Ce qui montre bien que leur relation est ambiguë même pour quelqu’un d’hétéro.

  3. Avatar

    C’est certain, il ne se passera jamais rien entre elles. Pour plein de raisons et notamment au vu des derniers développements dans la série (Rizzoli enceinte et Isles en couple avec le petit frère flic de Jane pfff).
    La série s’inspire des livres d’une auteure qui n’a sans doute pas prévu de fin heureuse pour nous et les producteurs ne font qu’en suivre le fil.
    J’ai beau adoré ces deux personnages et leur lien si particulier, j’avoue que ça m’énerve un peu qu’on nous appâte avec des sous entendus pour mieux nous renvoyer dans les cordes avec leurs histoires d’amour hétéro.
    On se fout de nous !

  4. Avatar

    Ah rizzoli and isles, je crois qu’on pourrait en faire un débat interminable. J’avoue qu’avec tout ça tu m’a donné envie de reprendre la série, mais je dois dire que si je me souviens bien, dans la saison 4, Rizzoli avait clairement dit que jamais un membre de sa famille ne pourrait sortir avec elle car c’était comme sortir avec sa propre soeur.
    J’adore le lien qu’elles ont, il m’est arrivé de penser qu’elles pourraient finir ensemble, de le vouloir, mais j’avoue que quand elle a dit ça, ça m’a semblé comme une évidence aussi. J’adore leur relation, j’aimerai juste qu’Isles lui montre qu’elle n’est vraiment pas faite pour casey, c’est fou de se voiler la face comme ça :p
    En tout cas très bon article, j’aime beaucoup!

  5. Isabelle B. Price

    Je reconnais de mon côté qu’il y a un truc super important dans le subtext, c’est le jeu des actrices. Et pour moi, j’ai l’impression dans “Rizzoli & Isles”, les actrices ne sont clairement pas dans cette optique là. j’ai déjà lu des interviews des deux actrices et elles n’assument clairement pas et ne veulent pas pousser dans cette direction.
    A contrario, dans “Xena” par exemple, les actrices en avaient conscience et s’en amusaient. Elles jouaient là-dessus et étaient clairement gay-friendly. A choisir, je dirais qu’il y a plus de subtext dans la relation Emma/Regina de “Once Upon A Time” (même si je n’ai pas vu la saison 3) que dans la “Rizzoli & Isles”.
    Par contre je reconnais que j’ai adoré cet article. Il est super bien écrit, drôle et décalé.

    • Avatar

      Alors peut-être pas en paroles…Mais les deux actrices s’entendent à priori aussi bien à l’écran qu’en ville, et jouent parfois au “subtext”…Il y a des images de promo ou la fameuse scène sur le banc (reproduite souvent : Elles tournent une scène de la série, Angie Harmon a la main sur la cuisse de l’autre et continue en faisant mine de vouloir l’embrasser, elles rient se touchent aux mauvaises endroits et s’amusent comme des folles) qui jouent avec cette alchimie qu’elles ont l’une avec l’autre, avec le côté très proches amies intimes, et pourquoi pas plus pour ceux que ça chante. Donc même si elles ne souhaitent pas officialiser la “chose” elles s’en amusent clairement.

  6. Gaëlle Carrion

    Super article ! J’avoue regarder Rizzoli & Isles de temps en temps car je trouve cela divertissant. Quant au subtext lesbien, je ne sais trop quoi en penser… Il me semble qu’au départ les scénaristes n’avaient pas forcément cela en tête et que c’est l’intérêt du public lesbien qui les a poussés dans cette direction.

    Cependant, cela me dérange. J’ai toujours du mal avec le subtext. C’est un super outils marketing pour les producteurs de séries pour faire du bruit dans la communauté homo, ça n’est clairement pas perçu par les hétéros de la même façon (mes parents ne le perçoivent pas du tout par exemple).

    J’avoue avoir pu regarder plus jeune énormément de films ou séries avec juste du subtext et m’en contenter. Approchant maintenant de la trentaine, je suis plus exigeante et reproche au producteur cette part de lâcheté qui ne les pousse pas à aller jusqu’au bout de peur de perdre leur “large” public.

    Mais cela ne m’empêche pas de regarder Rizzoli & Isles mais pour d’autres raisons. J’aime bien le “duo-comique” que forme Jane et Maura mais je ne me fais pas d’illusions sur leur histoire, il ne se passera jamais rien entre elles (mais j’aimerai me tromper !)
    En tout cas ton analyse était très intéressant 😉

Répondre